Archive for the tristesse Category

Apocalypse 21,1-8

Posted in âme (demeure de Dieu), ciel (cieux), Eglise (assemblé, communauté), enfant de Dieu (adoption divine), enfer (damnation, perdition), idolâtrie, inhabitation divine, Jérusalem (Sion), maison du Seigneur (demeure), mensonge, monde, parole de Dieu (vivante), peuple de Dieu (Israël), pur et impur (souillure), rétribution (couronne de gloire), royauté du Christ, soif de Dieu, source d'eau vive, terre promise (repos du Seigneur), tristesse, unité divine (union, communion), vérité (vrai, véritable), verbe (logos, alpha et omega) with tags on 16 novembre 2012 by JL
Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle – car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n’y en a plus.2 Et je vis la Cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de chez Dieu ; elle s’est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux.3 J’entendis alors une voix clamer, du trône : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il aura sa demeure avec eux ; ils seront son peuple, et lui, Dieu-avec-eux, sera leur Dieu.4 Il essuiera toute larme de leurs yeux : de mort, il n’y en aura plus ; de pleur, de cri et de peine, il n’y en aura plus, car l’ancien monde s’en est allé. »5 Alors, Celui qui siège sur le trône déclara : « Voici, je fais l’univers nouveau. » Puis il ajouta : « Ecris : Ces paroles sont certaines et vraies. »6 « C’en est fait, me dit-il encore, je suis l’Alpha et l’Oméga, le Principe et la Fin ; celui qui a soif, moi, je lui donnerai de la source de vie, gratuitement.7 Telle sera la part du vainqueur ; et je serai son Dieu, et lui sera mon fils.8 Mais les lâches, les renégats, les dépravés, les assassins, les impurs, les sorciers, les idolâtres, bref, tous les hommes de mensonge, leur lot se trouve dans l’étang brûlant de feu et de soufre : c’est la seconde mort. »

Jacques 4,5-10

Posted in attributs divins, âme (demeure de Dieu), cheminement spirituel, diable (démon, Satan, Lucifer), grâce (rendre grâce), humilité, orgueil (se glorifier), parole de Dieu (vivante), pénitence (deuil, mettre le sac), prophétie (oracle), pureté du coeur (purification), sanctification (sanctifié), tristesse with tags on 20 octobre 2012 by JL
Penseriez-vous que l’Ecriture dise en vain : Il désire avec jalousie, l’esprit qu’il a mis en nous ?6 Il donne d’ailleurs une plus grande grâce suivant la parole de l’Ecriture : Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne sa grâce aux humbles.7 Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous.8 Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous. Purifiez vos mains, pécheurs ; sanctifiez vos coeurs, gens à l’âme partagée.9 Voyez votre misère, prenez le deuil, pleurez. Que votre rire se change en deuil et votre joie en tristesse.10 Humiliez-vous devant le Seigneur et il vous élèvera.

Hébreux 12,1-13

Posted in adversité (tribulations, épreuve), attributs divins, âme (demeure de Dieu), cheminement spirituel, courage (force), crucifixion, droite de Dieu, droiture, enfant de Dieu (adoption divine), foi (adhérence, profession), justice (justification, juste), kénose (abaissement, cœur brisé), mettre à l'épreuve (tenter), miracle (guérison, signe), paix (soulagement), Père - Fils, péché, persévérance (constance), porter du fruit, royaume de Dieu (des cieux), royauté du Christ, sainteté (saints), sang, souffrance (douleur), suivre Jésus, tristesse with tags on 16 octobre 2012 by JL
Voilà donc pourquoi nous aussi, enveloppés que nous sommes d’une si grande nuée de témoins, nous devons rejeter tout fardeau et le péché qui nous assiège et courir avec constance l’épreuve qui nous est proposée,2 fixant nos yeux sur le chef de notre foi, qui la mène à la perfection, Jésus, qui au lieu de la joie qui lui était proposée, endura une croix, dont il méprisa l’infamie, et qui est assis désormais à la droite du trône de Dieu.3 Songez à celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle contradiction, afin de ne pas défaillir par lassitude de vos âmes.4 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans la lutte contre le péché.5 Avez-vous oublié l’exhortation qui s’adresse à vous comme à des fils : Mon fils, ne méprise pas la correction du Seigneur, et ne te décourage pas quand il te reprend.6 Car celui qu’aime le Seigneur, il le corrige, et il châtie tout fils qu’il agrée.7 C’est pour votre correction que vous souffrez. C’est en fils que Dieu vous traite. Et quel est le fils que ne corrige son père ?8 Si vous êtes exempts de cette correction, dont tous ont leur part, c’est que vous êtes des bâtards et non des fils.9 D’ailleurs, nous avons eu pour nous corriger nos pères selon la chair, et nous les respections. Ne serons-nous pas soumis bien davantage au Père des esprits pour avoir la vie ?10 Ceux-là, en effet, nous corrigeaient pendant peu de temps et au juger ; mais lui, c’est pour notre bien, afin de nous faire participer à sa sainteté.11 Certes, toute correction ne paraît pas sur le moment être un sujet de joie, mais de tristesse. Plus tard cependant, elle rapporte à ceux qu’elle a exercés un fruit de paix et de justice.12 C’est pourquoi redressez vos mains inertes et vos genoux fléchissants,13 et rendez droits pour vos pas les sentiers tortueux, afin que le boiteux ne dévie point, mais plutôt qu’il guérisse.

2 Corinthiens 7,8-11

Posted in conversion (faire retour, repentir), crainte de Dieu, magistère (ministère, Tradition), monde, salut (rédemption), shéol (hades), tristesse with tags on 7 septembre 2012 by JL
Vraiment, si je vous ai attristés par ma lettre, je ne le regrette pas. Et si je l’ai regretté – je vois bien que cette lettre vous a, ne fût-ce qu’un moment, attristés —9 je m’en réjouis maintenant, non de ce que vous avez été attristés, mais de ce que cette tristesse vous a portés au repentir. Car vous avez été attristés selon Dieu, en sorte que vous n’avez, de notre part, subi aucun dommage.10 La tristesse selon Dieu produit en effet un repentir salutaire qu’on ne regrette pas ; la tristesse du monde, elle, produit la mort.11 Voyez plutôt ce qu’elle a produit chez vous, cette tristesse selon Dieu. Quel empressement ! Que dis-je ? Quelles excuses ! Quelle indignation ! Quelle crainte ! Quel ardent désir ! Quel zèle ! Quelle punition ! Vous avez montré de toutes manières que vous étiez innocents en cette affaire.

2 Corinthiens 6,3-11

Posted in adversité (tribulations, épreuve), attributs divins, charité (générosité), jeûne, joie divine, justice (justification, juste), magistère (ministère, Tradition), parole de Dieu (vivante), patience, pauvre (pauvreté en esprit), persévérance (constance), puissance divine, pureté du coeur (purification), richesse (danger de la richesse), sainteté (saints), tristesse, vérité (vrai, véritable) with tags on 7 septembre 2012 by JL
Nous ne donnons à personne aucun sujet de scandale, pour que le ministère ne soit pas décrié.4 Au contraire, nous nous recommandons en tout comme des ministres de Dieu : par une grande constance dans les tribulations, dans les détresses, dans les angoisses,5 sous les coups, dans les prisons, dans les désordres, dans les fatigues, dans les veilles, dans les jeûnes ;6 par la pureté, par la science, par la patience, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sans feinte,7 par la parole de vérité, par la puissance de Dieu ; par les armes offensives et défensives de la justice ;8 dans l’honneur et l’ignominie, dans la mauvaise et la bonne réputation ; tenus pour imposteurs et pourtant véridiques ;9 pour gens obscurs, nous pourtant si connus ; pour gens qui vont mourir, et nous voilà vivants ; pour gens qu’on châtie, mais sans les mettre à mort ;10 pour tristes, nous qui sommes toujours joyeux ; pour pauvres, nous qui faisons tant de riches ; pour gens qui n’ont rien, nous qui possédons tout.11 Nous vous avons parlé en toute liberté, Corinthiens ; notre coeur s’est grand ouvert.

2 Corinthiens 2,1-13

Posted in détresse (désespoir, angoisse), diable (démon, Satan, Lucifer), evangéliser (bonne nouvelle), obéissance (désobéissance), pardon (miséricorde, providence (abandon), tristesse with tags on 5 septembre 2012 by JL

01 J’ai pris la décision de ne pas retourner chez vous dans un climat de tristesse.

02 Car si moi je vous attriste, qui peut me réjouir, sinon celui que j’ai attristé ?

03 Et si j’ai écrit comme je l’ai fait, c’est précisément pour éviter qu’en arrivant je sois attristé par ceux qui auraient dû me donner de la joie ; car je suis convaincu, en ce qui vous concerne, que ma joie est aussi votre joie à tous.

04 Ainsi, c’est dans une grande détresse et le cœur serré que je vous ai écrit, et en versant beaucoup de larmes, non pas pour vous attrister, mais pour que vous sachiez quel immense amour j’ai pour vous.

05 Si quelqu’un a causé de la tristesse, ce n’est pas à moi seul, mais, sans vouloir exagérer, c’est à vous tous, dans une certaine mesure.

06 Pour celui-là, la sanction infligée par la majorité doit suffire,

07 si bien que vous devez, au contraire, plutôt lui faire grâce et le réconforter, pour éviter qu’il ne sombre dans une tristesse excessive.

08 Je vous exhorte donc à faire prévaloir envers lui une attitude de charité.

09 Et voici également pourquoi je vous ai écrit : je voulais vérifier si vous êtes, en tout point, obéissants.

10 Quand vous faites grâce à quelqu’un, je le fais, moi aussi ; et moi, quand j’ai fait grâce – si j’ai fait grâce en quelque chose – c’était à cause de vous sous le regard du Christ,

11 pour ne pas nous laisser dominer par Satan, dont nous connaissons bien les intentions.

12 Quand je suis arrivé à Troas pour annoncer l’Évangile du Christ, la porte m’était grande ouverte dans le Seigneur ;

13 mais je n’ai pas pu avoir l’esprit tranquille, car je ne trouvais pas Tite mon frère ; alors j’ai fait mes adieux, et je suis parti pour la Macédoine.

Romains 9,1-33

Posted in allégories et analogies, anathème, attributs divins, bénédiction (malédiction), buter (pierre d'achoppement), colère de Dieu, conscience (examen), divinité du Christ, elu (élection divine), enfant de Dieu (adoption divine), enfer (damnation, perdition), Esprit-Saint, fécondité (prospérité, postérité), foi (adhérence, profession), fondement (pierre d'angle), gloire de Dieu (glorifier), initiative divine, Jérusalem (Sion), justice (justification, juste), loi, messie (Christ, envoyé de Dieu), païens (gentils), pardon (miséricorde, rémission), parole de Dieu (vivante), petit reste, peuple de Dieu (Israël), promesse divine (serment), prophétie (oracle), puissance divine, richesse (danger de la richesse), salut (rédemption), souffrance (douleur), témoignage (témoin), tristesse, volonté divine with tags on 11 août 2012 by JL
Je dis la vérité dans le Christ, je ne mens point — ma conscience m’en rend témoignage dans l’Esprit Saint –,2 j’éprouve une grande tristesse et une douleur incessante en mon coeur.3 Car je souhaiterais d’être moi-même anathème, séparé du Christ, pour mes frères, ceux de ma race selon la chair,4 eux qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption filiale, la gloire, les alliances, la législation, le culte, les promesses5 et aussi les patriarches, et de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement ! Amen.6 Non certes que la parole de Dieu ait failli. Car tous les descendants d’Israël ne sont pas Israël.7 De même que, pour être postérité d’Abraham, tous ne sont pas ses enfants ; mais c’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom,8 ce qui signifie : ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, seuls comptent comme postérité les enfants de la promesse.9 Voici en effet les termes de la promesse : Vers cette époque je viendrai et Sara aura un fils.10 Mieux encore, Rébecca avait conçu d’un seul homme, Isaac notre père :11 or, avant la naissance des enfants, quand ils n’avaient fait ni bien ni mal, pour que s’affirmât la liberté de l’élection divine,12 qui dépend de celui qui appelle et non des oeuvres, il lui fut dit : L’aîné servira le cadet,13 selon qu’il est écrit : J’ai aimé Jacob et j’ai haï Esaü.14 Qu’est-ce à dire ? Dieu serait-il injuste ? Certes non !15 Car il dit à Moïse : Je fais miséricorde à qui je fais miséricorde et j’ai pitié de qui j’ai pitié.16 Il n’est donc pas question de l’homme qui veut ou qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.17 Car l’Ecriture dit au Pharaon : Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance et pour qu’on célèbre mon nom par toute la terre.18 Ainsi donc il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut.19 Tu vas donc me dire : Qu’a-t-il encore à blâmer ? Qui résiste en effet à sa volonté ?20 O homme ! vraiment, qui es-tu pour disputer avec Dieu ? L’oeuvre va-t-elle dire à celui qui l’a modelée : Pourquoi m’as-tu faite ainsi ?21 Le potier n’est-il pas maître de son argile pour fabriquer de la même pâte un vase de luxe ou un vase ordinaire ?22 Eh bien ! si Dieu, voulant manifester sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec beaucoup de longanimité des vases de colère devenus dignes de perdition,23 dans le dessein de manifester la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire,24 envers nous qu’il a appelés non seulement d’entre les Juifs mais encore d’entre les païens…25 C’est bien ce qu’il dit en Osée : J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée.26 Et au lieu même où on leur avait dit : « Vous n’êtes pas mon peuple », on les appellera fils du Dieu vivant.27 Et Isaïe s’écrie en faveur d’Israël : Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, le reste sera sauvé :28 car sans retard ni reprise le Seigneur accomplira sa parole sur la terre.29 Et comme l’avait prédit Isaïe : Si le Seigneur Sabaot ne nous avait laissé un germe, nous serions devenus comme Sodome, assimilés à Gomorrhe.30 Que conclure ? Que des païens qui ne poursuivaient pas de justice ont atteint une justice, la justice de la foi,31 tandis qu’Israël qui poursuivait une loi de justice, n’a pas atteint la Loi.32 Pourquoi ? Parce que, au lieu de recourir à la foi, ils comptaient sur les oeuvres. Ils ont buté contre la pierre d’achoppement,33 comme il est écrit : Voici que je pose en Sion une pierre d’achoppement et un rocher qui fait tomber ; mais qui croit en lui ne sera pas confondu.