Archive for the autel Category

Apocalypse 16,1-21

Posted in ange, antéchrist, bête, applanir les montagnes (collines), attributs divins, autel, béatitude, blasphème, châtiment, ciel (cieux), colère de Dieu, conversion (faire retour, repentir), diable (démon, Satan, Lucifer), eaux innombrables (torrent), enfer (damnation, perdition), faux prophète, gloire de Dieu (glorifier), justice (justification, juste), nudité, parousie (jour du Seigneur), sacrifice (oblation, expiation), sainteté (saints), sang, ténèbre (obscurité), temple de Dieu (sanctuaire, tente), terre promise (repos du Seigneur), vérité (vrai, véritable), vigilance (veiller), Yahvé (nom de Dieu, du Christ) with tags on 15 novembre 2012 by JL
Et j’entendis une voix qui, du temple, criait aux sept Anges : « Allez, répandez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu. »2 Et le premier s’en alla répandre sa coupe sur la terre ; alors, ce fut un ulcère mauvais et pernicieux sur les gens qui portaient la marque de la Bête et se prosternaient devant son image.3 Et le deuxième répandit sa coupe dans la mer ; alors, ce fut du sang – on aurait dit un meurtre ! – et tout être vivant mourut dans la mer.4 Et le troisième répandit sa coupe dans les fleuves et les sources ; alors, ce fut du sang.5 Et j’entendis l’Ange des eaux qui disait : « Tu es juste, Il est et Il était, le Saint, d’avoir ainsi châtié ;6 c’est le sang des saints et des prophètes qu’ils ont versé, c’est donc du sang que tu leur as fait boire, ils le méritent ! « 7 Et j’entendis l’autel dire : « Oui, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, tes châtiments sont vrais et justes. »8 Et le quatrième répandit sa coupe sur le soleil ; alors, il lui fut donné de brûler les hommes par le feu,9 et les hommes furent brûlés par une chaleur torride. Mais, loin de se repentir en rendant gloire à Dieu, ils blasphémèrent le nom du Dieu qui détenait en son pouvoir de tels fléaux.10 Et le cinquième répandit sa coupe sur le trône de la Bête, alors, son royaume devint ténèbres, et l’on se mordait la langue de douleur.11 Mais, loin de se repentir de leurs agissements, les hommes blasphémèrent le Dieu du ciel sous le coup des douleurs et des plaies.12 Et le sixième répandit sa coupe sur le grand fleuve Euphrate ; alors, ses eaux tarirent, livrant passage aux rois de l’Orient.13 Puis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, je vis surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles —14 et de fait, ce sont des esprits démoniaques, des faiseurs de prodiges, qui s’en vont rassembler les rois du monde entier pour la guerre, pour le grand Jour du Dieu Maître-de-tout.15 (Voici que je viens comme un voleur : heureux celui qui veille et garde ses vêtements pour ne pas aller nu et laisser voir sa honte.)16 Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn.17 Et le septième répandit sa coupe dans l’air ; alors, partant du temple, une voix clama : « C’en est fait ! « 18 Et ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres, avec un violent tremblement de terre ; non, depuis qu’il y a des hommes sur la terre, jamais on n’avait vu pareil tremblement de terre, aussi violent !19 La Grande Cité se scinda en trois parties, et les cités des nations croulèrent ; et Babylone la Grande, Dieu s’en souvint pour lui donner la coupe où bouillonne le vin de sa colère.20 Alors, toute île prit la fuite, et les montagnes disparurent.21 Et des grêlons énormes – près de 80 livres ! – s’abattirent du ciel sur les hommes. Et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause de cette grêle désastreuse ; oui, elle est bien cause d’un effrayant désastre.
Advertisements

Apocalypse 14,14-20

Posted in allégories et analogies, ange, autel, ciel (cieux), colère de Dieu, couronnement d'épine, fils de l'homme, jugement, jugement dernier, moissonner (récolte), parousie (jour du Seigneur), passage de la mort, purgatoire, royauté du Christ, sang, temple de Dieu (sanctuaire, tente), terre promise (repos du Seigneur), vigne with tags on 14 novembre 2012 by JL
Et voici qu’apparut à mes yeux une nuée blanche et sur la nuée était assis comme un Fils d’homme, ayant sur la tête une couronne d’or et dans la main une faucille aiguisée.15 Puis un autre Ange sortit du temple et cria d’une voix puissante à celui qui était assis sur la nuée : « Jette ta faucille et moissonne, car c’est l’heure de moissonner, la moisson de la terre est mûre. »16 Alors celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.17 Puis un autre Ange sortit du temple, au ciel, tenant également une faucille aiguisée.18 Et un autre Ange sortit de l’autel – l’Ange préposé au feu – et cria d’une voix puissante à celui qui tenait la faucille : « Jette ta faucille aiguisée, vendange les grappes dans la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs. »19 L’Ange alors jeta sa faucille sur la terre, il en vendangea la vigne et versa le tout dans la cuve de la colère de Dieu, cuve immense !20 Puis on la foula hors de la ville, et il en coula du sang qui monta jusqu’au mors des chevaux sur une étendue de mille stades.

Apocalypse 11,1-13

Posted in abîme, adoration de Dieu, antéchrist, bête, autel, charismes, ciel (cieux), diable (démon, Satan, Lucifer), eaux innombrables (torrent), eternité (vie éternelle), gloire de Dieu (glorifier), Jérusalem (Sion), mission (envoyé), païens (gentils), pénitence (deuil, mettre le sac), prophète, résurrection, sang, témoignage (témoin), temple de Dieu (sanctuaire, tente), terre promise (repos du Seigneur) with tags on 13 novembre 2012 by JL
Puis on me donna un roseau, une sorte de baguette, en me disant : « Lève-toi pour mesurer le Temple de Dieu, l’autel et les adorateurs qui s’y trouvent ;2 quant au parvis extérieur du Temple, laisse-le, ne le mesure pas, car on l’a donné aux païens : ils fouleront la Ville Sainte durant 42 mois.3 Mais je donnerai à mes deux témoins de prophétiser pendant 1.260 jours, revêtus de sacs. »4 Ce sont les deux oliviers et les deux flambeaux qui se tiennent devant le Maître de la terre.5 Si l’on s’avisait de les malmener, un feu jaillirait de leur bouche pour dévorer leurs ennemis ; oui, qui s’aviserait de les malmener, c’est ainsi qu’il lui faudrait périr.6 Ils ont pouvoir de clore le ciel afin que nulle pluie ne tombe durant le temps de leur mission ; ils ont aussi pouvoir sur les eaux, de les changer en sang, et pouvoir de frapper la terre de mille fléaux, aussi souvent qu’ils le voudront.7 Mais quand ils auront fini de rendre témoignage, la Bête qui surgit de l’Abîme viendra guerroyer contre eux, les vaincre et les tuer.8 Et leurs cadavres, sur la place de la Grande Cité, Sodome ou Egypte comme on l’appelle symboliquement, là où leur Seigneur aussi fut crucifié,9 leurs cadavres demeurent exposés aux regards des peuples, des races, des langues et des nations, durant trois jours et demi, sans qu’il soit permis de les mettre au tombeau.10 Les habitants de la terre s’en réjouissent et s’en félicitent ; ils échangent des présents, car ces deux prophètes leur avaient causé bien des tourments.11 Mais, passés les trois jours et demi, Dieu leur infusa un souffle de vie qui les remit sur pieds, au grand effroi de ceux qui les regardaient.12 J’entendis alors une voix puissante leur crier du ciel : « Montez ici !  » Ils montèrent donc au ciel dans la nuée, aux yeux de leurs ennemis.13 A cette heure-là, il se fit un violent tremblement de terre, et le dixième de la ville croula, et dans le cataclysme périrent 7.000 personnes. Les survivants, saisis d’effroi, rendirent gloire au Dieu du ciel.

Apocalypse 9,12-21

Posted in adultère (fornication), allégories et analogies, ange, autel, idolâtrie, vices, vision (songe, extase) with tags on 13 novembre 2012 by JL
Le premier « Malheur » a passé, voici encore deux « Malheurs » qui le suivent…13 Et le sixième Ange sonna… Alors j’entendis une voix venant des quatre cornes de l’autel d’or placé devant Dieu ;14 elle dit au sixième Ange portant trompette : « Relâche les quatre Anges enchaînés sur le grand fleuve Euphrate. »15 Et l’on relâcha les quatre Anges qui se tenaient prêts pour l’heure et le jour et le mois et l’année, afin d’exterminer le tiers des hommes.16 Leur armée comptait 200.000.000 de cavaliers : on m’en précisa le nombre.17 Tels m’apparurent en vision les chevaux et leurs cavaliers : ceux-ci portent des cuirasses de feu, d’hyacinthe et de soufre ; quant aux chevaux, leur tête est comme celle du lion, et leur bouche crache feu et fumée et soufre.18 Alors le tiers des hommes fut exterminé par ces trois fléaux : le feu, la fumée et le soufre vomis de la bouche des chevaux.19 Car la puissance des chevaux réside en leur bouche ; elle réside aussi dans leur queue : ces queues, en effet, ainsi que des serpents, sont munies de têtes dont elles se servent pour nuire.20 Or les hommes échappés à l’hécatombe de ces fléaux ne renoncèrent même pas aux oeuvres de leurs mains : ils ne cessèrent d’adorer les démons, ces idoles d’or, d’argent, de bronze, de pierre et de bois, incapables de voir, d’entendre ou de marcher.21 Ils n’abandonnèrent ni leurs meurtres, ni leurs sorcelleries, ni leurs débauches, ni leurs rapines.

Apocalypse 8,1-13

Posted in agneau de Dieu, allégories et analogies, ange, autel, ciel (cieux), eaux innombrables (torrent), encens (odeur agréable à Dieu), prière d'offrande, sainteté (saints), sang, source d'eau vive, terre promise (repos du Seigneur), vision (songe, extase) with tags on 13 novembre 2012 by JL
Et lorsque l’Agneau ouvrit le septième sceau, il se fit un silence dans le ciel, environ une demi-heure…2 Et je vis les sept Anges qui se tiennent devant Dieu ; on leur remit sept trompettes.3 Un autre Ange vint alors se placer près de l’autel, muni d’une pelle en or. On lui donna beaucoup de parfums pour qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or placé devant le trône.4 Et, de la main de l’Ange, la fumée des parfums s’éleva devant Dieu, avec les prières des saints.5 Puis l’Ange saisit la pelle et l’emplit du feu de l’autel qu’il jeta sur la terre. Ce furent alors des tonnerres, des voix et des éclairs, et tout trembla.6 Les sept Anges aux sept trompettes s’apprêtèrent à sonner.7 Et le premier sonna… Il y eut alors de la grêle et du feu mêlés de sang qui furent jetés sur la terre : et le tiers de la terre fut consumé, et le tiers des arbres fut consumé, et toute herbe verte fut consumée.8 Et le deuxième Ange sonna… Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la mer devint du sang :9 il périt ainsi le tiers des créatures vivant dans la mer, et le tiers des navires fut détruit.10 Et le troisième Ange sonna… Alors tomba du ciel un grand astre, brûlant comme une torche. Il tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources ;11 l’astre se nomme « Absinthe » : le tiers des eaux se changea en absinthe, et bien des gens moururent, de ces eaux devenues amères.12 Et le quatrième Ange sonna… Alors furent frappés le tiers du soleil et le tiers de la lune et le tiers des étoiles : ils s’assombrirent d’un tiers, et le jour perdit le tiers de sa clarté, et la nuit de même.13 Et ma vision se poursuivit. J’entendis un aigle volant au zénith et criant d’une voix puissante : « Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause de la voix des dernières trompettes dont les trois Anges vont sonner.

Apocalypse 6,2-17

Posted in agneau de Dieu, allégories et analogies, applanir les montagnes (collines), autel, âme (demeure de Dieu), ciel (cieux), colère de Dieu, grâce (rendre grâce), justice (justification, juste), martyr, paix (soulagement), parole de Dieu (vivante), parousie (jour du Seigneur), passage de la mort, patience, sainteté (saints), sang, shéol (hades), témoignage (témoin), terre promise (repos du Seigneur), vérité (vrai, véritable), vengeance, vision (songe, extase) with tags on 12 novembre 2012 by JL
Et ma vision se poursuivit. Lorsque l’Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j’entendis le premier des quatre Vivants crier comme d’une voix de tonnerre : « Viens ! « 2 Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.3 Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier : « Viens ! « 4 Alors surgit un autre cheval, rouge-feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l’on s’entr’égorgeât ; on lui donna une grande épée.5 Lorsqu’il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième Vivant crier : « Viens !  » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance,6 et j’entendis comme une voix, du milieu des quatre Vivants, qui disait : « Un litre de blé pour un denier, trois litres d’orge pour un denier ! Quant à l’huile et au vin, ne les gâche pas ! « 7 Lorsqu’il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis le cri du quatrième Vivant : « Viens ! « 8 Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme : la Mort ; et l’Hadès le suivait. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l’épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre.9 Lorsqu’il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et le témoignage qu’ils avaient rendu.10 Ils crièrent d’une voix puissante : « Jusques à quand, Maître saint et vrai, tarderas-tu à faire justice, à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? « 11 Alors on leur donna à chacun une robe blanche en leur disant de patienter encore un peu, le temps que fussent au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux.12 Et ma vision se poursuivit. Lorsqu’il ouvrit le sixième sceau, alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang,13 et les astres du ciel s’abattirent sur la terre comme les figues avortées que projette un figuier tordu par la tempête,14 et le ciel disparut comme un livre qu’on roule, et les monts et les îles s’arrachèrent de leur place ;15 et les rois de la terre, et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, ils allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes,16 disant aux montagnes et aux rochers : « Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de l’Agneau. »17 Car il est arrivé, le grand Jour de sa colère, et qui donc peut tenir ?

Jacques 2,14-26

Posted in autel, âme (demeure de Dieu), charité (générosité), diable (démon, Satan, Lucifer), foi (adhérence, profession), justice (justification, juste), offrande, paix (soulagement), parole de Dieu (vivante), salut (rédemption) with tags on 19 octobre 2012 by JL
A quoi cela sert-il, mes frères, que quelqu’un dise : « J’ai la foi », s’il n’a pas les oeuvres ? La foi peut-elle le sauver ?15 Si un frère ou une soeur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne,16 et que l’un d’entre vous leur dise : « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il ?17 Ainsi en est-il de la foi : si elle n’a pas les oeuvres, elle est tout à fait morte.18 Au contraire, on dira : « Toi, tu as la foi, et moi, j’ai les oeuvres ? Montre-moi ta foi sans les oeuvres ; moi, c’est par les oeuvres que je te montrerai ma foi.19 Toi, tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.20 Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les oeuvres est stérile ?21 Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres quand il offrit Isaac, son fils, sur l’autel ?22 Tu le vois : la foi coopérait à ses oeuvres et par les oeuvres sa foi fut rendue parfaite.23 Ainsi fut accomplie cette parole de l’Ecriture : Abraham crut à Dieu, cela lui fut compté comme justice et il fut appelé ami de Dieu. »24 Vous le voyez : c’est par les oeuvres que l’homme est justifié et non par la foi seule.25 De même, Rahab, la prostituée, n’est-ce pas par les oeuvres qu’elle fut justifiée quand elle reçut les messagers et les fit partir par un autre chemin ?26 Comme le corps sans l’âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est-elle morte.