Archive for the colère de Dieu Category

Apocalypse 19,1-18

Posted in adoration de Dieu, agneau de Dieu, allégories et analogies, ange, attributs divins, béatitude, charismes, charité (générosité), ciel (cieux), colère de Dieu, eaux innombrables (torrent), Eglise (assemblé, communauté), eternité (vie éternelle), fidélité, gloire de Dieu (glorifier), joie divine, jugement, justice (justification, juste), noces spirituelles, omniscience divine (prescience), païens (gentils), parole de Dieu (vivante), prière de louange (cantique), prophétie (oracle), puissance divine, royauté du Christ, sacrifice (oblation, expiation), sainteté (saints), salut (rédemption), sang, témoignage (témoin), terre promise (repos du Seigneur), vérité (vrai, véritable), verbe (logos, alpha et omega), Yahvé (nom de Dieu, du Christ) with tags on 16 novembre 2012 by JL
Après quoi j’entendis comme un grand bruit de foule immense au ciel, qui clamait : « Alleluia ! Salut et gloire et puissance à notre Dieu,2 car ses jugements sont vrais et justes : il a jugé la Prostituée fameuse qui corrompait la terre par sa prostitution, et vengé sur elle le sang de ses serviteurs. »3 Puis ils reprirent : « Alleluia ! Oui, sa fumée s’élève pour les siècles des siècles ! « 4 Alors, les 24 Vieillards et les quatre Vivants se prosternèrent pour adorer Dieu, qui siège sur le trône, en disant : « Amen, alleluia ! … »5 Puis une voix partit du trône : « Louez notre Dieu, vous tous qui le servez, et vous qui le craignez, les petits et les grands. »6 Alors j’entendis comme le bruit d’une foule immense, comme le mugissement des grandes eaux, comme le grondement de violents tonnerres ; on clamait : « Alleluia ! Car il a pris possession de son règne, le Seigneur, le Dieu Maître-de-tout.7 Soyons dans l’allégresse et dans la joie, rendons gloire à Dieu, car voici les noces de l’Agneau, et son épouse s’est faite belle :8 on lui a donné de se vêtir de lin d’une blancheur éclatante » – le lin, c’est en effet les bonnes actions des saints.9 Puis il me dit : « Ecris : Heureux les gens invités au festin de noce de l’Agneau. Ces paroles de Dieu, ajouta-t-il, sont vraies. »10 Alors je me prosternai à ses pieds pour l’adorer, mais lui me dit : « Non, attention, je suis un serviteur comme toi et comme tes frères qui possèdent le témoignage de Jésus. C’est Dieu que tu dois adorer. » Le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie.11 Alors je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; celui qui le monte s’appelle « Fidèle » et « Vrai », il juge et fait la guerre avec justice.12 Ses yeux ? Une flamme ardente ; sur sa tête, plusieurs diadèmes ; inscrit sur lui, un nom qu’il est seul à connaître ;13 le manteau qui l’enveloppe est trempé de sang ; et son nom ? Le Verbe de Dieu.14 Les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues de lin d’une blancheur parfaite.15 De sa bouche sort une épée acérée pour en frapper les païens ; c’est lui qui les mènera avec un sceptre de fer ; c’est lui qui foule dans la cuve le vin de l’ardente colère de Dieu, le Maître-de-tout.16 Un nom est inscrit sur son manteau et sur sa cuisse : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.17 Puis je vis un Ange, debout sur le soleil, crier d’une voix puissante à tous les oiseaux qui volent au zénith : « Venez, ralliez le grand festin de Dieu !18 Vous y avalerez chairs de rois, et chairs de grands capitaines, et chairs de héros, et chairs de chevaux avec leurs cavaliers, et chairs de toutes gens, libres et esclaves, petits et grands ! « 
Advertisements

Apocalypse 16,1-21

Posted in ange, antéchrist, bête, applanir les montagnes (collines), attributs divins, autel, béatitude, blasphème, châtiment, ciel (cieux), colère de Dieu, conversion (faire retour, repentir), diable (démon, Satan, Lucifer), eaux innombrables (torrent), enfer (damnation, perdition), faux prophète, gloire de Dieu (glorifier), justice (justification, juste), nudité, parousie (jour du Seigneur), sacrifice (oblation, expiation), sainteté (saints), sang, ténèbre (obscurité), temple de Dieu (sanctuaire, tente), terre promise (repos du Seigneur), vérité (vrai, véritable), vigilance (veiller), Yahvé (nom de Dieu, du Christ) with tags on 15 novembre 2012 by JL
Et j’entendis une voix qui, du temple, criait aux sept Anges : « Allez, répandez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu. »2 Et le premier s’en alla répandre sa coupe sur la terre ; alors, ce fut un ulcère mauvais et pernicieux sur les gens qui portaient la marque de la Bête et se prosternaient devant son image.3 Et le deuxième répandit sa coupe dans la mer ; alors, ce fut du sang – on aurait dit un meurtre ! – et tout être vivant mourut dans la mer.4 Et le troisième répandit sa coupe dans les fleuves et les sources ; alors, ce fut du sang.5 Et j’entendis l’Ange des eaux qui disait : « Tu es juste, Il est et Il était, le Saint, d’avoir ainsi châtié ;6 c’est le sang des saints et des prophètes qu’ils ont versé, c’est donc du sang que tu leur as fait boire, ils le méritent ! « 7 Et j’entendis l’autel dire : « Oui, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, tes châtiments sont vrais et justes. »8 Et le quatrième répandit sa coupe sur le soleil ; alors, il lui fut donné de brûler les hommes par le feu,9 et les hommes furent brûlés par une chaleur torride. Mais, loin de se repentir en rendant gloire à Dieu, ils blasphémèrent le nom du Dieu qui détenait en son pouvoir de tels fléaux.10 Et le cinquième répandit sa coupe sur le trône de la Bête, alors, son royaume devint ténèbres, et l’on se mordait la langue de douleur.11 Mais, loin de se repentir de leurs agissements, les hommes blasphémèrent le Dieu du ciel sous le coup des douleurs et des plaies.12 Et le sixième répandit sa coupe sur le grand fleuve Euphrate ; alors, ses eaux tarirent, livrant passage aux rois de l’Orient.13 Puis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, je vis surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles —14 et de fait, ce sont des esprits démoniaques, des faiseurs de prodiges, qui s’en vont rassembler les rois du monde entier pour la guerre, pour le grand Jour du Dieu Maître-de-tout.15 (Voici que je viens comme un voleur : heureux celui qui veille et garde ses vêtements pour ne pas aller nu et laisser voir sa honte.)16 Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn.17 Et le septième répandit sa coupe dans l’air ; alors, partant du temple, une voix clama : « C’en est fait ! « 18 Et ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres, avec un violent tremblement de terre ; non, depuis qu’il y a des hommes sur la terre, jamais on n’avait vu pareil tremblement de terre, aussi violent !19 La Grande Cité se scinda en trois parties, et les cités des nations croulèrent ; et Babylone la Grande, Dieu s’en souvint pour lui donner la coupe où bouillonne le vin de sa colère.20 Alors, toute île prit la fuite, et les montagnes disparurent.21 Et des grêlons énormes – près de 80 livres ! – s’abattirent du ciel sur les hommes. Et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause de cette grêle désastreuse ; oui, elle est bien cause d’un effrayant désastre.

Apocalypse 15,1-8

Posted in agneau de Dieu, allégories et analogies, ange, antéchrist, bête, attributs divins, chemin (voies du Seigneur), ciel (cieux), colère de Dieu, colonne de nuée et de feu, crainte de Dieu, eternité (vie éternelle), gloire de Dieu (glorifier), païens (gentils), prière de louange (cantique), puissance divine, purgatoire, royauté du Christ, sainteté (saints), témoignage (témoin), temple de Dieu (sanctuaire, tente), vengeance, vision (songe, extase), Yahvé (nom de Dieu, du Christ) with tags on 14 novembre 2012 by JL
Puis je vis dans le ciel encore un signe, grand et merveilleux : sept Anges, portant sept fléaux, les derniers puisqu’ils doivent consommer la colère de Dieu.2 Et je vis comme une mer de cristal mêlée de feu, et ceux qui ont triomphé de la Bête, de son image et du chiffre de son nom, debout près de cette mer de cristal. S’accompagnant sur les harpes de Dieu,3 ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau : « Grandes et merveilleuses sont tes oeuvres, Seigneur, Dieu Maître-de-tout ; justes et droites sont tes voies, ô Roi des nations.4 Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car seul tu es saint ; et tous les païens viendront se prosterner devant toi, parce que tu as fait éclater tes vengeances. »5 Après quoi, ma vision se poursuivit. Au ciel s’ouvrit le temple, la Tente du Témoignage,6 d’où sortirent les sept Anges aux sept fléaux, vêtus de robes de lin pur, éblouissantes, serrées à la taille par des ceintures en or.7 Puis, l’un des quatre Vivants remit aux sept Anges sept coupes en or remplies de la colère du Dieu qui vit pour les siècles des siècles.8 Et le temple se remplit d’une fumée produite par la gloire de Dieu et par sa puissance, en sorte que nul ne put y pénétrer jusqu’à la consommation des sept fléaux des sept Anges.

Apocalypse 14,14-20

Posted in allégories et analogies, ange, autel, ciel (cieux), colère de Dieu, couronnement d'épine, fils de l'homme, jugement, jugement dernier, moissonner (récolte), parousie (jour du Seigneur), passage de la mort, purgatoire, royauté du Christ, sang, temple de Dieu (sanctuaire, tente), terre promise (repos du Seigneur), vigne with tags on 14 novembre 2012 by JL
Et voici qu’apparut à mes yeux une nuée blanche et sur la nuée était assis comme un Fils d’homme, ayant sur la tête une couronne d’or et dans la main une faucille aiguisée.15 Puis un autre Ange sortit du temple et cria d’une voix puissante à celui qui était assis sur la nuée : « Jette ta faucille et moissonne, car c’est l’heure de moissonner, la moisson de la terre est mûre. »16 Alors celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.17 Puis un autre Ange sortit du temple, au ciel, tenant également une faucille aiguisée.18 Et un autre Ange sortit de l’autel – l’Ange préposé au feu – et cria d’une voix puissante à celui qui tenait la faucille : « Jette ta faucille aiguisée, vendange les grappes dans la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs. »19 L’Ange alors jeta sa faucille sur la terre, il en vendangea la vigne et versa le tout dans la cuve de la colère de Dieu, cuve immense !20 Puis on la foula hors de la ville, et il en coula du sang qui monta jusqu’au mors des chevaux sur une étendue de mille stades.

Apocalypse 14,6-12

Posted in adoration de Dieu, agneau de Dieu, ange, antéchrist, bête, ciel (cieux), colère de Dieu, commandements, crainte de Dieu, création (créateur), enfer (damnation, perdition), eternité (vie éternelle), foi (adhérence, profession), gloire de Dieu (glorifier), idolâtrie, jugement dernier, persévérance (constance), prière de louange (cantique), sainteté (saints), terre promise (repos du Seigneur) with tags on 14 novembre 2012 by JL
Puis je vis un autre Ange qui volait au zénith, ayant une bonne nouvelle éternelle à annoncer à ceux qui demeurent sur la terre, à toute nation, race, langue et peuple.7 Il criait d’une voix puissante : « Craignez Dieu et glorifiez-le, car voici l’heure de son Jugement ; adorez donc Celui qui a fait le ciel et la terre et la mer et les sources. »8 Un autre Ange, un deuxième, le suivit en criant : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande, elle qui a abreuvé toutes les nations du vin de la colère. »9 Un autre Ange, un troisième, les suivit, criant d’une voix puissante : « Quiconque adore la Bête et son image, et se fait marquer sur le front ou sur la main,10 lui aussi boira le vin de la fureur de Dieu, qui se trouve préparé, pur, dans la coupe de sa colère. Il subira le supplice du feu et du soufre, devant les saints Anges et devant l’Agneau.11 Et la fumée de leur supplice s’élève pour les siècles des siècles ; non, point de repos, ni le jour ni la nuit, pour ceux qui adorent la Bête et son image, pour qui reçoit la marque de son nom. »12 Voilà qui fonde la constance des saints, ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus.

Apocalypse 6,2-17

Posted in agneau de Dieu, allégories et analogies, applanir les montagnes (collines), autel, âme (demeure de Dieu), ciel (cieux), colère de Dieu, grâce (rendre grâce), justice (justification, juste), martyr, paix (soulagement), parole de Dieu (vivante), parousie (jour du Seigneur), passage de la mort, patience, sainteté (saints), sang, shéol (hades), témoignage (témoin), terre promise (repos du Seigneur), vérité (vrai, véritable), vengeance, vision (songe, extase) with tags on 12 novembre 2012 by JL
Et ma vision se poursuivit. Lorsque l’Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j’entendis le premier des quatre Vivants crier comme d’une voix de tonnerre : « Viens ! « 2 Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.3 Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier : « Viens ! « 4 Alors surgit un autre cheval, rouge-feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l’on s’entr’égorgeât ; on lui donna une grande épée.5 Lorsqu’il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième Vivant crier : « Viens !  » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance,6 et j’entendis comme une voix, du milieu des quatre Vivants, qui disait : « Un litre de blé pour un denier, trois litres d’orge pour un denier ! Quant à l’huile et au vin, ne les gâche pas ! « 7 Lorsqu’il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis le cri du quatrième Vivant : « Viens ! « 8 Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme : la Mort ; et l’Hadès le suivait. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l’épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre.9 Lorsqu’il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et le témoignage qu’ils avaient rendu.10 Ils crièrent d’une voix puissante : « Jusques à quand, Maître saint et vrai, tarderas-tu à faire justice, à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? « 11 Alors on leur donna à chacun une robe blanche en leur disant de patienter encore un peu, le temps que fussent au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux.12 Et ma vision se poursuivit. Lorsqu’il ouvrit le sixième sceau, alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang,13 et les astres du ciel s’abattirent sur la terre comme les figues avortées que projette un figuier tordu par la tempête,14 et le ciel disparut comme un livre qu’on roule, et les monts et les îles s’arrachèrent de leur place ;15 et les rois de la terre, et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, ils allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes,16 disant aux montagnes et aux rochers : « Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de l’Agneau. »17 Car il est arrivé, le grand Jour de sa colère, et qui donc peut tenir ?

Hébreux 4,1-11

Posted in écouter (voix du Seigneur), béatitude, cheminement spirituel, colère de Dieu, création (créateur), dureté du coeur (endurcissement), evangéliser (bonne nouvelle), foi (adhérence, profession), monde, obéissance (désobéissance), paix (soulagement), parole de Dieu (vivante), peuple de Dieu (Israël), promesse divine (serment), pureté du coeur (purification), terre promise (repos du Seigneur), tomber (succomber, reniement), transcendance de Dieu (commencement du monde, genèse), unité divine (union, communion) with tags on 5 octobre 2012 by JL
Craignons donc que l’un de vous n’estime arriver trop tard, alors qu’en fait la promesse d’entrer dans son repos reste en vigueur.2 Car nous aussi nous avons reçu une bonne nouvelle absolument comme ceux-là. Mais la parole qu’ils avaient entendue ne leur servit de rien, parce qu’ils ne restèrent pas en communion par la foi avec ceux qui écoutèrent.3 Nous entrons en effet, nous les croyants, dans un repos, selon qu’il a dit : Aussi ai-je juré dans ma colère : Non, ils n’entreront pas dans mon repos. Les oeuvres de Dieu certes étaient achevées dès la fondation du monde,4 puisqu’il a dit quelque part au sujet du septième jour : Et Dieu se reposa le septième jour de toutes ses oeuvres.5 Et de nouveau en cet endroit : Ils n’entreront pas dans mon repos.6 Ainsi donc, puisqu’il est acquis que certains doivent y entrer, et que ceux qui avaient reçu d’abord la bonne nouvelle n’y entrèrent pas à cause de leur désobéissance,7 de nouveau Dieu fixe un jour, un aujourd’hui, disant en David, après si longtemps, comme il a été dit ci-dessus : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs…8 Si Josué avait introduit les Israélites dans ce repos, Dieu n’aurait pas dans la suite parlé d’un autre jour.9 C’est donc qu’un repos, celui du septième jour, est réservé au peuple de Dieu.10 Car celui qui est entré dans son repos lui aussi se repose de ses oeuvres, comme Dieu des siennes.11 Efforçons-nous dont d’entrer dans ce repos, afin que nul ne succombe, en imitant cet exemple de désobéissance.