2 Corinthiens 2,1-13

01 J’ai pris la décision de ne pas retourner chez vous dans un climat de tristesse.

02 Car si moi je vous attriste, qui peut me réjouir, sinon celui que j’ai attristé ?

03 Et si j’ai écrit comme je l’ai fait, c’est précisément pour éviter qu’en arrivant je sois attristé par ceux qui auraient dû me donner de la joie ; car je suis convaincu, en ce qui vous concerne, que ma joie est aussi votre joie à tous.

04 Ainsi, c’est dans une grande détresse et le cœur serré que je vous ai écrit, et en versant beaucoup de larmes, non pas pour vous attrister, mais pour que vous sachiez quel immense amour j’ai pour vous.

05 Si quelqu’un a causé de la tristesse, ce n’est pas à moi seul, mais, sans vouloir exagérer, c’est à vous tous, dans une certaine mesure.

06 Pour celui-là, la sanction infligée par la majorité doit suffire,

07 si bien que vous devez, au contraire, plutôt lui faire grâce et le réconforter, pour éviter qu’il ne sombre dans une tristesse excessive.

08 Je vous exhorte donc à faire prévaloir envers lui une attitude de charité.

09 Et voici également pourquoi je vous ai écrit : je voulais vérifier si vous êtes, en tout point, obéissants.

10 Quand vous faites grâce à quelqu’un, je le fais, moi aussi ; et moi, quand j’ai fait grâce – si j’ai fait grâce en quelque chose – c’était à cause de vous sous le regard du Christ,

11 pour ne pas nous laisser dominer par Satan, dont nous connaissons bien les intentions.

12 Quand je suis arrivé à Troas pour annoncer l’Évangile du Christ, la porte m’était grande ouverte dans le Seigneur ;

13 mais je n’ai pas pu avoir l’esprit tranquille, car je ne trouvais pas Tite mon frère ; alors j’ai fait mes adieux, et je suis parti pour la Macédoine.

Advertisements

Les commentaires sont fermés.