Luc 20,9-18

Il se mit alors à dire au peuple la parabole que voici : « Un homme planta une vigne, puis il la loua à des vignerons et partit en voyage pour un temps assez long.10 « Le moment venu, il envoya un serviteur aux vignerons pour qu’ils lui donnent une part du fruit de la vigne ; mais les vignerons le renvoyèrent les mains vides, après l’avoir battu.11 Il recommença, envoyant un autre serviteur ; et celui-là aussi, ils le battirent, le couvrirent d’outrages et le renvoyèrent les mains vides.12 Il recommença, envoyant un troisième ; et celui-là aussi, ils le blessèrent et le jetèrent dehors.13 Le maître de la vigne se dit alors : Que faire ? Je vais envoyer mon fils bien-aimé ; peut-être respecteront-ils celui-là.14 Mais, à sa vue, les vignerons faisaient entre eux ce raisonnement : Celui-ci est l’héritier ; tuons-le, pour que l’héritage soit à nous.15 Et, le jetant hors de la vigne, ils le tuèrent. « Que leur fera donc le maître de la vigne ?16 Il viendra, fera périr ces vignerons et donnera la vigne à d’autres. » A ces mots, ils dirent : A Dieu ne plaise !17 Mais, fixant sur eux son regard, il dit : « Que signifie donc ceci qui est écrit : La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue pierre de faîte ?18 Quiconque tombera sur cette pierre s’y fracassera, et celui sur qui elle tombera, elle l’écrasera. »
Advertisements

Les commentaires sont fermés.