Hébreux 10,1-18

N’ayant, en effet, que l’ombre des biens à venir, non la substance même des réalités, la Loi est absolument impuissante, avec ces sacrifices, toujours les mêmes, que l’on offre perpétuellement d’année en année, à rendre parfaits ceux qui s’approchent de Dieu.2 Autrement, n’aurait-on pas cessé de les offrir puisque les officiants de ce culte, purifiés une fois pour toutes, n’auraient plus conscience d’aucun péché ?3 Bien au contraire, par ces sacrifices eux-mêmes, on rappelle chaque année le souvenir des péchés.4 En effet, du sang de taureaux et de boucs est impuissant à enlever des péchés.5 C’est pourquoi, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni oblation ; mais tu m’as façonné un corps.6 Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour les péchés.7 Alors j’ai dit : Voici, je viens, car c’est de moi qu’il est question dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté.8 Il commence par dire : Sacrifices, oblations, holocaustes, sacrifices pour les péchés, tu ne les as pas voulus ni agréés – et cependant ils sont offerts d’après la Loi –,9 alors il déclare : Voici, je viens pour faire ta volonté. Il abroge le premier régime pour fonder le second.10 Et c’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés par l’oblation du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.11 Tandis que tout prêtre se tient debout chaque jour, officiant et offrant maintes fois les mêmes sacrifices, qui sont absolument impuissants à enlever des péchés,12 lui au contraire, ayant offert pour les péchés un unique sacrifice, il s’est assis pour toujours à la droite de Dieu,13 attendant désormais que ses ennemis soient placés comme un escabeau sous ses pieds.14 Car par une oblation unique il a rendu parfaits pour toujours ceux qu’il sanctifie.15 Or l’Esprit Saint lui aussi nous l’atteste ; car après avoir déclaré :16 Telle est l’alliance que je contracterai avec eux après ces jours-là, le Seigneur dit : Je mettrai mes lois dans leur coeur et je les graverai dans leur pensée.17 Ni de leurs péchés, ni de leurs offenses, je ne me souviendrai plus.18 Or là où les péchés sont remis, il n’y a plus d’oblation pour le péché.
Advertisements

Les commentaires sont fermés.