Luc 8,40-56

A son retour, Jésus fut accueilli par la foule, car tous étaient à l’attendre.41 Et voici qu’arriva un homme du nom de Jaïre, qui était chef de la synagogue. Tombant aux pieds de Jésus, il le priait de venir chez lui,42 parce qu’il avait une fille unique, âgée d’environ douze ans, qui se mourait. Et comme il s’y rendait, les foules le serraient à l’étouffer.43 Or une femme, atteinte d’un flux de sang depuis douze années, et que nul n’avait pu guérir,44 s’approcha par derrière et toucha la frange de son manteau ; et à l’instant même son flux de sang s’arrêta.45 Mais Jésus dit : « Qui est-ce qui m’a touché ?  » Comme tous s’en défendaient, Pierre dit : « Maître, ce sont les foules qui te serrent et te pressent. »46 Mais Jésus dit : « Quelqu’un m’a touché ; car j’ai senti qu’une force était sortie de moi. »47 Se voyant alors découverte, la femme vint toute tremblante et, se jetant à ses pieds, raconta devant tout le peuple pour quel motif elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant même.48 Et il lui dit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix. »49 Tandis qu’il parlait encore, arrive de chez le chef de synagogue quelqu’un qui dit : « Ta fille est morte à présent ; ne dérange plus le Maître. »50 Mais Jésus, qui avait entendu, lui répondit : « Sois sans crainte, crois seulement, et elle sera sauvée. »51 Arrivé à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n’est Pierre, Jean et Jacques, ainsi que le père et la mère de l’enfant.52 Tous pleuraient et se frappaient la poitrine à cause d’elle. Mais il dit : « Ne pleurez pas, elle n’est pas morte, mais elle dort. »53 Et ils se moquaient de lui, sachant bien qu’elle était morte.54 Mais lui, prenant sa main, l’appela en disant : « Enfant, lève-toi. »55 Son esprit revint, et elle se leva à l’instant même. Et il ordonna de lui donner à manger.56 Ses parents furent saisis de stupeur, mais il leur prescrivit de ne dire à personne ce qui s’était passé.
Advertisements

Les commentaires sont fermés.