Luc 20,27-38

S’approchant alors, quelques Sadducéens – ceux qui nient qu’il y ait une résurrection – l’interrogèrent28 en disant : « Maître, Moïse a écrit pour nous : Si quelqu’un a un frère marié qui meurt sans avoir d’enfant, que son frère prenne la femme et suscite une postérité à son frère.29 Il y avait donc sept frères. Le premier, ayant pris femme, mourut sans enfant.30 Le second aussi,31 puis le troisième prirent la femme. Et les sept moururent de même, sans laisser d’enfant après eux.32 Finalement, la femme aussi mourut.33 Eh bien ! cette femme, à la résurrection, duquel d’entre eux va-t-elle devenir la femme ? Car les sept l’auront eue pour femme. »34 Et Jésus leur dit : « Les fils de ce monde-ci prennent femme ou mari ;35 mais ceux qui auront été jugés dignes d’avoir part à ce monde-là et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari ;36 aussi bien ne peuvent-ils plus mourir, car ils sont pareils aux anges, et ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection.37 Et que les morts ressuscitent, Moïse aussi l’a donné à entendre dans le passage du Buisson quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob.38 Or il n’est pas un Dieu de morts, mais de vivants ; tous en effet vivent pour lui. »
Advertisements

Les commentaires sont fermés.